JE SUIS, JE CREE. Astrologie & développement personnel

Choisir ses aliments (en hiver)

épinards

Quels aliments privilégier en hiver (décembre, janvier, février) ?

Une alimentation choisie en fonction des rythmes saisonniers, de la relation TERRE-CIEL, nous assure une bonne santé, et crée un parfait équilibre avec notre environnement, les plantes, les animaux, les autres hommes qui peuplent la planète.

Ces principes de base sont une simplification du calendrier Greenpeace, de la méthode Kousmine et des principes d’une alimentation de saison.*

Comme pour l’alimentation en été et en automne, les principes d’une alimentation naturelle sont de bannir les aliments industriels, les aliments transformés, pour choisir des produits frais, voire bio, ou même de label Demeter -un label qui fait référence à la déesse Demeter, et son équivalente Cérès, déesse de l’agriculture et des moissons, bien connue en astrologie.

On choisit également des produits locaux, car la nature pourvoit aux besoins des hommes là où ils vivent. Ce principe va d’ailleurs (aussi) à l’encontre des pratiques de l’agriculture intensive, de certaines conséquences du libre-échange mondialisé, facteur de souffrances humaines ici et ailleurs, de souffrance animale, de pollution de la Terre Mère, et accessoirement de réchauffement climatique. Uranus en Taureau nous invite à nous idividualiser dans notre façon de consommer.

­

Parmi les différents types d’aliments, ceux à privilégier en hiver sont :

Produits laitiers                      Oléagineux                     Céréales

Légumes                                         Fruits                                       Légumineuses

Sucre                                     Viandes                           Œuf

haricots secsEn automne et en hiver, les oléagineux et les légumineuses remplacent le lait, et peuvent même remplacer la viande, puisqu’ils apportent les mêmes nutriments. En effet, si l’on suit les cycles saisonniers et les rythmes naturels, le lait n’est pas consommé d’octobre à février, ce qui permet au corps de l’éliminer et de se détoxifier. Selon le même principe, la saison pour consommer de la viande est l’automne, alors on ne la privilégie pas en hiver (ou bien on la supprime).

Les oléagineux, frais en automne, sont consommés secs en hiver : ce sont les noix, les noisettes, les amandes, les graines de tournesol, les graines de sésame, les pignons de pin, les graines de courge, et pour les légumineuses : tous les haricots, les fèves, les lentilles, tous les pois.

céréLes céréales ont mûri pendant l’été, puis au moment de la moisson, elles ont été engrangées pour l’hiver. Tout naturellement, elles sont consommées en abondance l’hiver -et laissées de côté en été, par exemple. Ce sont le blé, l’orge, l’avoine, le sarrasin, le maïs, l’épeautre, le seigle, le millet, le riz de Camargue (etc.) En hiver, il est plutôt recommandé de consommer les céréales cuites, en plat unique, en remplacement des pâtes.

Les céréales peuvent être accompagnées de sauces et de légumes frais, ou bien on peut les consommer sous forme de galettes, de pain, de gâteaux, de crêpes, de polenta, par exemple. On peut aussi utiliser des alternatives à la crème fraîche, à base de céréales, comme l’épeautre en crème, pour cuisiner.

Les céréales préviennent de nombreuses maladies tels l’hypertension, les maladies cardiaques, le diabète et certains cancers. Elles stabilisent la glycémie, et le taux d’oestrogène dans le sang, pour les femmes (prévention du cancer du sein).

épinardsLes légumes, comme les fruits, sont des aliments à consommer toute l’année, au cours des quatre saisons.

Ils sont indispensables à l’équilibre nutritionnel de base, et soutiennent le système immunitaire, en apportant nutriments, vitamines, minéraux.

Les bons légumes d’hiver sont la carotte, le navet, les choux (chou blanc, chou frisé, chou de Bruxelles, chou rouge), le céleri-rave et le céleri-branche, la courge, l’endive, la frisée, la mâche, l’épinard, le poireau, la pomme de terre, le salsifi, le topinambour, le crosne, le panais, l’oignon et l’ail.

huitresLes poissons peuvent être consommés toute l’année en petites quantités. Les poissons de nos régions sont notamment le hareng, le merlan, le maquereau, la sardine, le lieu ou colin, la morue ou cabillaud, le flétan, le mulet, le bar, le tacaud, la raie (etc.), mais aussi la truite et d’autres poissons d’eau douce ….

L’hiver est, en outre, la saison des fruits de mer, des aliments qui font plaisir, et qui sont des trésors pour la santé ; citons notamment, parmi ces trésors, l’iode, le fer, le sélénium, le zinc (etc.). Les fruits de mer de nos côtes sont les moules, les coques, les huîtres, le homard, la coquille Saint-Jacques, le crabe, les crevettes grises, les bulots, les bigorneaux, etc.

abricots secsEn hiver, ce sont les fruits secs qui forment la source de sucre principale : les raisins secs, les abricots, les pruneaux, les pommes ou les poires séchées … Les fruits secs sont très riches en fibres, en glucides, et contiennent des vitamines à foison : A, toutes les vitamines du groupe B, C, des minéraux et des oligo-éléments : calcium, magnésium, potassium, sélénium, fer, cuivre, zinc, manganèse (etc.)

Les fruits frais sont également indispensables en toute saison, car ils sont riches en minéraux et en vitamines. Les fruits de l’hiver locaux sont peu nombreux ,mais à privilégier : la pomme et la poire, la châtaigne, le coing, la figue, le kiwi ou le kiwai, le kaki. On peut ajouter la grenade, la clémentine, l’orange ou le citron, mais sans excès, à moins que vous ne viviez dans une région de production, méditerranéenne.


­ Anne L jesuisjecree.com

crédit photo : Pixabay

*bibliographie : Kousmine au gré des saisons (Dr A. Dejean et L. Serre) Ed Jouvence, Calendrier Greenpeace, La forme dans votre assiette (M. Polunin) Ed Hachette.