JE SUIS, JE CREE. Astrologie & développement personnel

Les lumières de Phoenix

phoenix-311786_640
lumières de phoenix

Les lumières de Phoenix, 13 mars 1997, 19h30

Je propose l’étude astrologique d’un phénomène d’O.V.N.I.

Le 13 mars 1997, des milliers de témoins voient une gigantesque formation géométrique de lumières, dans le ciel de la ville de Phoenix, en Arizona, aux Etats-Unis. Tout porte à croire que ces lumières appartiennent à un engin, un O.V.N.I., absolument silencieux. On estime par la suite ses dimensions à mille cinq cents mètres.

L’observation débute à 19 h 30, heure locale, et dure trois heures. Il semble aussi que des phénomènes lumineux insolites aient été vus dans la région de Phoenix durant les trois jours qui ont précédé ce 13 mars. Cet événement constitue l’une des plus célèbres et des plus spectaculaires affaires ufologiques.

space-36978__180

L’Ascendant en Balance, et toutes les maisons associées à des signes qui représentent une valeur opposée (maison II en Scorpion, signe lié à la maison VIII/ maison VIII en Taureau, signe lié à la maison II, etc.) indiquent, symboliquement, une rencontre avec l’altérité. Le fil directeur de mon étude sera donc, en toute logique, la confrontation « obligatoire » de tous les témoins au phénomène auquel ils assistent ce soir-là.

La Lune, intermédiaire entre le Ciel et la Terre, et maîtresse du Milieu du Ciel en Cancer, entre en Gémeaux; elle se trouve à 0°56 de ce signe. Elle effectue de nombreux aspects avec quasiment toutes les planètes, et apparaît comme pivot de deux configurations – une configuration est une figure dessinée par un ensemble de planètes. Ce sont, sur cette carte du Ciel, un « cerf-volant » et un « bateau ».

J’étudierai donc la Lune comme pivot des configurations, en distinguant ses aspects séparants – si l’aspect exact entre deux planètes a eu lieu dans un passé proche – et ses aspects appliquants – si l’aspect exact va avoir lieu dans un proche avenir.

Les aspects séparants évoquent la « situation initiale », juste avant l’observation des lumières dans le ciel nocturne de Phoenix. Ces aspects sont présents dans une première configuration :

Une configuration de type « cerf-volant »

  • Le « cerf-volant » se compose d’un grand trigone qui relie les signes de terre : la Lune est en aspect avec Neptune en Capricorne et Mars en Vierge. Une conjonction Soleil-Mercure en Poissons, au mi-point de la Lune et de Neptune forme avec ces deux astres deux sextiles, et une opposition avec Mars.

Le grand trigone de terre pourrait évoquer l’être humain qui s’épanouit dans le monde matériel, qui en tire un sentiment de sécurité et qui jouit de bonnes capacités de concrétisation dans ce monde, mais il suggère aussi la routine, le matérialisme. Ce grand trigone s’effectue toutefois dans des maisons d’eau (IV, VIII, XII), qui sont dissolvantes :

En effet, la Lune en Taureau indique un monde émotionnel stable, fondé sur des certitudes mais, en maison VIII, il est remis en question. Neptune en Capricorne suggère des idéaux, mais ceux-ci passent un test de vérité, au fond de soi-même (maison IV), et sans doute sont-ils en fin de cycle. Mars rétrograde en Vierge montre une activité efficace, qui suppose des compétences, mais elle est liée à une épreuve (maison XII) et elle se trouve soumise à une révision.

L’opposition entre le duo Soleil-Mercure et Mars dans les maisons VI et XII suggère un conflit, un état de crise et beaucoup de tension, avec une démarche, un déplacement (ou une visite ?) De façon plus abstraite, Soleil-Mercure pourraient même, éventuellement, représenter une conscience et une intelligence, placées en Poissons, le signe du cosmos, qui se manifestent dans un contexte quotidien (maison VI) !

Quoi qu’il en soit, le fait que cette opposition ait lieu sur l’axe des nœuds lunaires indique un climat ambiant qui, plus profondément, propose une remise en question des modèles, de l’égo, de l’intellect, de toutes sortes de « refuges ». L’opposition de Mars évoque que ceci s’effectue à travers une sollicitation, une provocation agressive, ou perçue telle, qui ramène dans le présent une problématique appartenant au passé … Au mieux, Mars incite à une introspection concernant des actions antérieures, sur la peur, la force et la violence : la rétrogradation invite à considérer l’énergie martienne de l’intérieur.

 

 Une autre configuration, un « bateau »  – avec de nombreux aspects appliquants – se forme. Elle concerne le futur, « l’après » de l’observation des lumières. 

La configuration de type « bateau »

Elle se compose d’une opposition de la Lune en Gémeaux à Pluton en Sagittaire en maison III. De nombreux sextiles relient les deux pôles de cette opposition :  entre la Lune et Saturne (cet aspect a lieu un peu plus tard), Mercure et Neptune, Saturne et Uranus-Jupiter, Uranus et Pluton. Des trigones parachèvent la structure : Lune-Neptune, Lune-Uranus, Pluton-Saturne.

L’énergie de cette configuration, déclenchée par l’opposition Lune-Pluton, confirme que l’événement a comme retentissement un grand bouleversement émotionnel et mental, et des croyances qui s’émiettent. La Lune aux abords de la maison IX indique le besoin de donner du sens au phénomène. Une remise en question profonde des idées, des conceptions s’effectue au contact de cette réalité concrète, dont ont été témoins tant de personnes. 

Le but de la configuration en forme de bateau est signalé par Saturne et par le duo Uranus-Jupiter : il s’agit du renouvellement de structures mentales, politiques (etc.) avec, cela est indissociable, la construction de nouvelles structures sociales, officielles, peut-être légales (Jupiter). Avec les signes et les maisons astrologiques opposés, en effet, la nécessité pour chacun de se situer face à l’événement est soulignée (Bélier en VII). Or, Saturne en VII indique le risque d’un refus, d’une obstruction sur ce point; ainsi, certaines autorités auront en effet une attitude peu transparente à la suite de cet événement … Il faut également trouver un accord entre les nécessités sociales, collectives, et les sentiments personnels (Verseau en V). Le risque d’Uranus-Jupiter en V est celui de la médiatisation-fiction.

Les trigones participent aussi à la configuration : Saturne-Pluton confirme la destruction de structures, ou de l’idée que se font les gens de ces structures, vécue dans le domaine politique. Lune-Uranus évoque un réveil, une vitalisation de l’imagination et de la sensibilité, une opinion publique potentiellement plus autonome et indépendante.

La réaction politique (Saturne) est, entre autres, indiquée avec cette configuration planétaire en bateau : le gouverneur de l’Arizona a organisé une conférence de presse ridiculisant l’événement, avec un extraterrestre de pacotille à ses côtés et l’usage de plaisanteries douteuses. Ce divertissement a fortement déplu aux témoins qui ont eu le sentiment d’être pris pour des imbéciles : cette médiatisation et la mise en scène sont représentés par Uranus-Jupiter en Verseau en maison V. Une conseillère municipale, qui a voulu donner une suite sérieuse et honnête au questionnement collectif, raillée dans son milieu, a fini par démissionner et a quitté définitivement la politique à la suite de cet événement.

Saturne en Bélier en maison VII, assorti de Mars rétrograde en Vierge en maison XII, indiquent assez clairement le rôle tenu par l’armée dans l’événement, son mutisme, et sa réserve sur une éventuelle opération militaire secrète – que le vaisseau soit d’origine humaine ou non. Ces positions planétaires expriment nettement l’idée d’une menace, ressentie devant une telle intrusion (Milieu du Ciel en Cancer), ou bien plus avérée, déjà connue antérieurement des militaires, et cachée au grand public (Mars rétrograde en XII). Saturne étant le maître du Fond du Ciel, il apparaît comme une position prise délibérément par les autorités : ne rien laisser filtrer auprès du public. L’armée américaine dira quelques mois plus tard que les lumières de Phoenix étaient des fusées éclairantes, ce qui n’a pas semblé suffisamment convaincant.

Ces aspects planétaires peuvent évoquer aussi les réflexions soulevées par les phénomènes liés aux O.V.N.I. à propos de la supériorité des extraterrestres (réels ou imaginés). La crainte exprimée de façon récurrente à propos de leur avance sur le plan technologique, la remise en question de la place de l’homme comme prédateur sur sa planète renvoient l’humanité à ses propres choix : progrès sous la forme d’innovation technologique, recherche de la domination, choix qui exposent, on le voit, à plus grand prédateur (Mars rétrograde en maison XII, maison liée dans la tradition astrologique au « plus grand que soi » !) Le phénomène O.V.N.I. renseigne beaucoup sur les valeurs de l’humanité.

phoenix-311786_640

Le phoenix, oiseau de feu

  Le nom de la ville, Phoenix, évoque l’oiseau légendaire qui renaît de ses cendres … En astrologie, c’est la planète Pluton qui représente ce symbole. Comme Pluton est l’octave supérieure de Mars, il peut indiquer comment dépasser les problématiques martiennes (de Mars : agressivité, violence, etc.) Puissent les « lumières de Phoenix » nous atteindre, alors ! Sur la carte du Ciel, Pluton rétrograde est en Sagittaire et en maison III : sans doute évoque-t-il que certaines conceptions du monde, que certaines idées doivent mourir, conceptions notamment élaborées sur des bases émotionnelles (opposition Pluton-Lune). Pluton concerne aussi les notions d’espace et de frontières, de conquête, de proche et de lointain qui sont transformées. En ces domaines, Pluton détruit les illusions : planète de pouvoir, Pluton nous rappelle, paradoxalement, qu’en réalité, nous ne détenons aucun pouvoir.

Anne L jesuisjecree.com