JE SUIS, JE CREE. Astrologie & développement personnel

Introverti ou extraverti ?

psychology-2422442_960_720
psychology-2422442_960_720

crédit photo : Pixabay

Etes-vous introverti ou extraverti ? Rappelons le sens de ces deux mots si souvent employés … Puis, l’étude de la carte du Ciel d’un sportif célèbre nous permettra de dégager, grâce à l’astrologie, ses tendances à l’extraversion et à l’introversion (tendances qui influencent son destin).

On dit communément d’une personne qu’elle est extravertie si elle est ouverte, gaie, et aime les contacts humains. L’introverti, au contraire, préfère rester seul, à l’écart du monde … Ces définitions de psychologie populaire simplifient celles de C.G. Jung, le premier psychiatre à avoir proposé, justement, les termes d’ « extraverti », et d’ « introverti », dans son ouvrage Types psychologiques, paru en 1920.

En effet, Jung a dégagé deux attitudes psychologiques opposées, une distinction fondée sur l’expérience clinique, en observant ses patients.

 

Le type extraverti

Selon Jung, l’extraverti s’extériorise facilement et a une relation facile au monde mais, surtout, il est réceptif aux modifications de son milieu et il y réagit, parce que son énergie psychique est tournée vers l’extérieur : « Qui pense, sent, agit, qui vit en accord immédiatement avec les conditions objectives et leurs exigences, en bonne comme en mauvaise part, est un « extraverti » … Sa conscience tout entière regarde vers l’extérieur parce que c’est toujours de là que lui vient la détermination importante et décisive. Non seulement les personnes mais aussi les choses le captivent. Aussi agit-il sous l’influence des personnes et des choses. Il doit sa normalité à ce fait. »

L’extraversion est la tendance à juger la réalité de façon objective, à prendre en compte ce qui existe et à s’y adapter : « Qu’il s’insère relativement sans friction dans les circonstances données et qu’il n’a d’autre prétention que de remplir les conditions objectivement fixées; il choisira, par exemple, la profession qui, à tel endroit, à tel moment, semble offrir le plus d’avenir; il fera ou exécutera ce dont son entourage aura momentanément besoin, ce qu’on attendra de lui. »

Si l’extraverti se trouve en conflit avec le monde extérieur, il réagit en restant dans l’interaction sociale : « même en cas de désaccord, il reste en lien, car au lieu de se retirer il préfère argumenter ou chercher à refaçonner (le monde). »

Il faut relever que l’extraverti, qui se situe par rapport à son environnement, et préfère l’interaction à la solitude, peut être dépendant du monde extérieur.

Le type introverti

L’introverti est a priori plus timide, ou plus hésitant au sein de son environnement. Essentiellement, il s’investit au niveau de la réalité intérieure plutôt qu’au niveau de la réalité extérieure. Le pôle d’intérêt chez l’introverti est le sujet (et non l’objet), ses considérations subjectives (personnelles, intérieures) : « Chez l’introverti, il se glisse entre la perception de l’objet et sa propre action, une opinion personnelle qui empêche l’action de prendre un caractère correspondant à la donnée objective. La réaction habituelle de l’introverti est une réaction d’arrêt, de critique, de retour sur soi-même : alors que l’extraverti admire le nouveau ténor, parce que tout le monde l’admire, l’introverti ne l’admire pas, non qu’il le trouve déplaisant, mais il est d’avis qu’il n’est pas nécessairement admirable que tout le monde l’admire. Qui ne connaît ces natures fermées, difficilement pénétrables, souvent ombrageuses, qui contrastent violemment avec ces caractères ouverts (des extravertis). »

L’introverti apparaît moins sociable, parfois mal à l’aise en société. Il est parfois occupé par ses réflexions, ou ses créations (le penseur, l’artiste). Avant tout, le processus psychique de l’introversion est une tendance à juger la réalité selon des critères personnels, subjectifs, à vivre donc selon son monde intérieur. L’introverti se retire à l’intérieur de lui-même, sur ses propres impressions avant de réagir.

La question posée dans le titre de cet article -« introverti ou extraverti ? »- est erronée. Elle attire, parce qu’elle propose de mieux se connaître, mais aussi de s’identifier à une tendance ou à une autre …

En réalité, nous sommes tous -à des degrés divers- introvertis ET extravertis. Les deux habitudes psychologiques se combinent en nous-même. Jung le souligne en effet : « Il n’est pas la vocation d’une typologie psychologique de classer les êtres humains dans des catégories – ceci serait assez futile. Son objet est plutôt celui de fournir une psychologie critique qui rend possible une investigation méthodique ainsi que la présentation du matériau empirique. »

Ce qu’il faut encore souligner, c’est le rôle de la gratification qui détermine le comportement : l’extraversion trouve cette gratification dans le monde extérieur et l’interaction. L’introversion la trouve en lui-même, ou bien dans la solitude.

Le thème astrologique est sans conteste le support qui permet d’étudier les tendances à l’introversion et à l’extraversion. Différents facteurs entrent en ligne de compte pour dégager la prédominance d’un type, et surtout comment s’organisent les différents pôles de la personnalité :

  • la répartition des planètes : l’introversion prédomine avec des planètes sous l’Horizon – des maisons I à VI – et l’extraversion avec des planètes (dans les maisons VII à XII)
    • les dominantes planétaires  : Jupiter est extraverti, et Saturne introverti, par exemple. Les planètes en conjonction au Soleil et à la Lune doivent attirer notre attention.
  • la prédominance de certains signes ; les signes féminins (de terre et d’eau) sont plus introvertis, et les signes masculins (de feu et d’air) sont plus extravertis.

yannick noah

18 mai 1960, 12H45, Sedan

Sur le thème de cette personnalité -dont je tairai le nom dans un premier temps-, on voit que la répartition planétaire avantage plutôt l’extraversion, avec 4 planètes sous l’Horizon (sous l’axe Ascendant-Descendant, des maisons I à VI) et 6 planètes au-dessus. Le pôle Ascendant Vierge-Pluton est introverti, indiquant une personnalité marquée par une rigueur anxieuse. Jupiter en IV montre aussi une forte connexion à ses racines familiales et intimes. Enfin, Saturne en V, représente une contrainte et des efforts dans un secteur d’expression : cette position planétaire est à mettre en relation avec la rigueur professionnelle de ce sportif.

Le pôle extraverti ressort néanmoins plus fortement : les Luminaires (le Soleil et la Lune) sont en maisons X et VII, deux secteurs sociaux, inclinant fortement, d’ailleurs, à se diriger vers une carrière publique (d’extraverti).

La Lune en maison VII indique un fort besoin du regard de l’autre et, parfois, une dépendance.

Le Soleil en X, avec Mercure – et Vénus non loin- inclinent à être justement « une personnalité solaire », charismatique, dans sa profession, et favorise une bonne réputation dans le monde collectif.

Il y a une ambition, associée à un prestige, une reconnaissance sociale (Soleil), un sens de la communication (Mercure) et une image d’authentique sympathie, très positive, séduisante (Vénus en Taureau). On voit que cette personnalité incarne une réussite et, au-delà, une lumière et des valeurs positives aux yeux du monde. Un courant passe entre l’individu et le public.

Cette carte du Ciel est celle de Yannick Noah, joueur de tennis, et chanteur (Soleil-Mercure-Vénus en Taureau, signe artistique lié à la gorge et la voix), qui a été élu 11 années de suite « personnalité préférée » des Français.

Depuis certaines interventions publiques, engagées politiquement, sa popularité s’est un peu ternie. En effet, Mercure, et la Lune noire en Gémeaux en maison X (planète et signe en rapport avec la communication) sont au carré de Pluton, principe de destruction, et au carré de la Lune en VII, représentative de la popularité. Depuis, le natif a connu aussi une désaffection dans sa carrière de chanteur, puisque ses disques ne se vendent plus très bien. Le charme est un peu rompu. «  J’ai dû prendre des posi­tions qui n’ont pas forcé­ment été comprises », dit-il à propos de l’album paru à la même époque, engagé lui aussi.

Le pôle extraverti du thème natal expérimente un autre aspect, moins gratifiant, à travers ce carré en T mercurien : il y a un apprentissage en rapport avec la communication publique. Pluton demande une remise en question de certaines valeurs extraverties et sociales … La Lune est affectée, ce qui demande de se détacher de l’amour et des émotions dépendant des autres, de l’image renvoyée, ou des réussites. Ce que l’on peut constater, et qui est plus subtil que l’alternative entre « être introverti ou extraverti », c’est que ces deux tendances, parfois, entrent en conflit en nous-même, comme c’est le cas de Yannick Noah : Pluton en Vierge en fin de maison XII tient un rôle épurateur de la personnalité sociale, et certainement, de tendances inconscientes, pour débarrasser l’être de ce qui ne lui est pas essentiel. Cette fonction introvertie entre en conflit avec le pôle extraverti, qui est (en partie) « décentré ». Pluton en maison XII indique aussi des fins (de cycle) vécues sur le mode plutonien, assez « décapant », avec une remise en question.

Le pôle introverti est davantage investi dans ce nouveau cycle, puisque Yannick Noah a dit « passer du temps en famille, loin de toute exposition médiatique »*, après ce revirement de situation. Un mode de vie plus intime, à travers (entre autres) Jupiter en maison IV, qui représente une expansion dans la vie privée, et une connexion à ses bases personnelles.

*source : voici.fr

Anne L jesuisjecree.com