JE SUIS, JE CREE. Astrologie & développement personnel

L’abus de pouvoir

pouv

Cet article propose un voyage en pays sombre, celui de l’abus de pouvoir. Sombre, mais instructif car il permet de mieux comprendre où se niche l’abus de pouvoir, depuis les relations du quotidien jusqu’aux totalitarismes en politique. On y découvre le mécanisme de l’abus de pouvoir dans ses formes les plus perverses, pour s’en prémunir, et pour comprendre ce qui se joue dans les relations d’emprise. Du point de vue de l’astrologie, une étude du thème natal de Mao Zedong (Tsé-toung) illustre la problématique de l’abus de pouvoir caractérisé.

-« Pour connaître un mortel, donne-lui du pouvoir. »

(Pittacos)-

pouvLa notion de pouvoir est très large : elle désigne la possibilité, pour un être humain, de faire quelque chose. Notre pouvoir a des limites : le réel, l’interdépendance entre les êtres, les règles sociales, la morale.

On parle d’abus de pouvoir lorsqu’il est exercé de façon exagérée, et qu’on franchit ces limites. Les Grecs nommait « hybris », ou « hubris », cette démesure inspirée par l’orgueil, qui pousse les mortels à rivaliser avec les dieux, et à commettre des violations de toutes natures, des vols, des agressions, des meurtres. Celles-ci étaient considérées comme des crimes. L’hybris est LA faute fondamentale pour la civilisation grecque.

Toutes les relations peuvent être concernées par les abus de pouvoir, au sein de la famille, ou au travail, dans la vie sociale, et la politique, etc.

En fait, chacun d’entre nous commet des abus de pouvoir, en exerçant une domination sur les autres, en voulant leur imposer ses vues. L’abus de pouvoir est indissociable de l’ego: les conflits entre des ego aux volontés et aux désirs incompatibles sont inévitables.

La notion de pouvoir personnel ne peut être dépassée qu’en envisageant les choses au-delà de son propre ego, en accordant de l’importance à l’intérêt général, à la bonne marche de la société, ou à l’éthique et, notamment au respect de l’autre, de sa liberté, de sa dignité, par exemple …

La capacité à s’identifier à l’autre, à se dire qu’il est un autre « moi », qui a les mêmes droits que « moi », est essentielle, car l’empathie exclut de faire du mal.

Les Grecs anciens cultivaient la tempérance et la modération, des idéaux qui les éloignaient de l’hybris.

En outre, le seul véritable moyen de dépasser la notion du pouvoir tel que nous l’entendons est l’éveil spirituel : le pouvoir s’établit à un autre niveau,  jaillit d’une autre source …

-« Efforcez-vous de faire surgir le pouvoir de la foi. »

(Nichiren)-

famDans l’éducation des enfants, il arrive que les parents commettent des abus de pouvoir, en faisant du chantage à leurs petits, en imposant leur vision des choses, par exemple en imposant une orientation professionnelle, ou en maintenant leur enfant, même adulte, dans la dépendance. Il arrive aussi que l’enfant abuse de son pouvoir sur un parent faible, en usant d’accès de colère afin d’obtenir ce qu’il souhaite. Le parent qui cède toujours au bon vouloir de son enfant capricieux en fait un enfant-roi.

Nous contenons nos pulsions, nos envies les plus primitives parce que nos parents nous ont interdit de nous livrer à nos penchants les plus violents. Le problème est que cette répression est parfois excessive. A l’inverse, si cette répression parentale n’a pas été effectuée, la tendance à commettre des abus de pouvoir s’ensuivra, évidemment.

L’abus de pouvoir est lié à la relation que nous entretenons avec nous-même, au rapport entre le Parent et l’Enfant intérieurs. En effet, nous commettons des abus de pouvoir sur nous-même, notamment lorsque nous nous livrons à une autocritique tyrannique. Dans la relation que nous entretenons avec nos proches, notre conjoint, et les personnes qui dépendent de nous, nous pouvons reproduire cette attitude et vouloir les contrôler en permanence. Si le Parent intérieur est faible et débordé par l’Enfant non adapté, l’individu exercera aussi son pouvoir personnel : il dictera sa propre loi, celle de ses désirs. Se sentant tout-puissant, il imposera sa volonté aux autres, sans les respecter. A l’extrême, ces individus se retrouvent dans des affaires de harcèlement.

-« Ceux qui trouvent que le pouvoir est amusant confondent

« pouvoir » et « abus de pouvoir ». »

(André Malraux)-

confLe champ de la séduction et des relations sexuelles est aussi un terrain propice aux abus de pouvoir. Ceux-ci peuvent être graves, et touchent à diverses formes de violences et d’emprise malsaine. Dans la relation de couple, l’abus de pouvoir est fréquent, quand il s’agit d’obtenir, ou d’offrir un avantage matériel ou psychologique en échange de relations sexuelles.

Il existe beaucoup de formes d’abus de pouvoir, parfois plus implicites, exercées par la manipulation, dans tous les types de relations : ce sont par exemple les bouderies et les scènes. Le boudeur ou celui qui “fait une crise” mène une sorte de guerre psychologique contre l’autre, de façon à lui imposer son bon vouloir.

Dans le monde du travail, les mêmes rôles se retrouvent, avec les petits-chefs, les ambitieux avides de pouvoir, les victimes qui végètent dans des situations frustrantes ou, cas plus grave, le harcèlement.

L’argent est aussi un instrument de pouvoir. Il permet parfois de satisfaire tous ses désirs, ou de donner libre cours à toutes sortes de pulsions. Il permet même d’outrepasser les droits humains, de bafouer la liberté des autres, d’acheter les consciences …

Enfin, la politique est certainement le milieu où se retrouvent les individus les plus avides de pouvoir, et où se fomentent des abus, évidents dans les dictatures, les génocides.

-« Ne donne pas l’épée au fou, ni le pouvoir à l’injuste. »

(dicton grec)-

colOn peut percevoir l’abus de pouvoir de façon évidente dans le cas de maltraitance physique, par exemple. Cependant, il existe aussi d’autres formes d’emprise, qui sont tout à fait invisibles et que l’on peut difficilement mettre en évidence, prouver, tant les stratégies sont floues et retorses. L’abus de pouvoir peut devenir une emprise totalitaire, dans les relations entre personnes, ou en politique. Les spécialistes comparent l’emprise à un meurtre, perpétré sur le plan psychique.

L’agresseur, en effet, commence toujours par être aimable, par séduire, mais son objectif profond est de détruire l’autre. Il dissimule ses intentions, et fait souvent alterner des moments de calme, durant lesquels il use de son pouvoir de séduction, et des moments d’offensive impitoyable.

Le pervers mène une guerre psychologique, et envahit l’espace psychique de sa (ses) victime(s). Il utilise sans vergogne le mensonge, et parvient à faire douter sa victime, en usant notamment de la culpabilisation. La rhétorique du pervers sert ses intérêts, et consiste à toujours donner une justification à ses abus. Il use de chantage et fait pression sur ses victimes. L’une des stratégies les plus caractéristiques du pervers est d’inverser la situation : il se présente comme un individu bon, qui est victime; ainsi il accuse sa victime …

Les pervers peuvent aussi s’associer, se regrouper pour former des réseaux mus par les mêmes intérêts.

Une autre caractéristique de l’emprise totalitaire est de nier le réel, pour lui préférer des idées toutes faites, simplistes, des amalgames, et de proposer pour résoudre les problèmes de fausses solutions. Ainsi, le bon sens, la réflexion, l’esprit critique sont les ennemis de la dictature, et ceux qui perçoivent l’abus, et le dénoncent, sont disqualifiés, jugés fous ou paranoïaques (etc.)

Les autres se taisent et se soumettent devant les dirigeants dont l’autorité représente symboliquement celle du Parent tout puissant. Parfois, on observe même un empressement de la part de la victime, et des victimes potentielles, à se soumettre : les spécialistes expliquent que cela vient du fait que cette relation perverse prend ses origines dans la relation mère-enfant dans les premières années de la vie, une relation marquée par la dépendance.

-« Tout pouvoir excessif s’écroule sous son poids. »

(proverbe latin)-

soufPour les grands abuseurs, l’autre n’est pas considéré comme une personne à part entière, comme un être humain, mais comme un instrument dont on peut se servir. Le pervers, non seulement n’éprouve aucune empathie pour l’autre mais, de plus, il ressent une jouissance à l’asservir ou à le détruire. L’abuseur porte en lui-même une faille narcissique dont il n’a pas du tout conscience, et la relation qu’il entretient avec sa victime lui permet de la compenser, de se grandir en faisant vivre à l’autre son propre mal.

Mais si les abus de pouvoir sont possibles, c’est toujours parce qu’ils ont été rendus possibles. La victime d’un abus de pouvoir entre en relation avec son agresseur; il y a une sorte de complémentarité entre les deux personnalités. La victime éprouve un malaise dans cette relation, mais elle ne parvient pas à en sortir. En ne mettant pas fin à la situation, la victime se place dans une forme de complicité tout à fait inconsciente avec son agresseur. Elle s’enferme généralement dans cette relation par souci de plaire, d’être aimé, par peur de l’abandon, ou sous le poids d’un sentiment de faute, par exemple. L’agresseur la manipule souvent par la culpabilité. Elle tombe dans un piège et consent à une forme d’emprisonnement psychologique. La personnalité qui abuse de son pouvoir exerce une emprise, et vit psychologiquement à ses dépends, s’en nourrit exactement comme un parasite. On parle aussi de « vampirisme ».

La victime peut aussi, faute d’une estime de soi suffisante, avoir le sentiment d’être importante dans le cadre de cette relation avec son agresseur. Elle peut s’avilir elle-même dans cette relation, en acceptant de perdre le respect de soi-même, et sa dignité morale.

-« Le pouvoir périt par son abus. »

(dicton latin)-

rejetDans une situation d’abus de pouvoir, une forme de complicité s’instaure aussi grâce au silence des gens qui sont témoins de l’abus. Ces complices vont jusqu’à exprimer leur adhésion aux actes commis. Dans un groupe social, l’élément déterminant est la peur.

En psychologie, des chercheurs ont mis en évidence, lors d’une prise d’otages, le “syndrome de Stockholm”, qui décrit le mécanisme de l’asservissement observé chez certains otages. En effet, dans une situation extrême comme celle-ci, certains individus, pour sauver leur peau, développent un mécanisme de défense inconscient, qui les amène à entrer en sympathie avec leur agresseur. On a appelé ce processus, bien avant la mise en évidence du syndrome de Stockholm, l’ “identification à l’agresseur”. Les otages avaient, de plus, développé une hostilité à l’égard des forces de l’ordre qui venaient les sauver.

Dans l’identification à l’agresseur, les victimes endossent la culpabilité que ne ressent pas l’agresseur. Elles s’efforcent de voir sa souffrance et veulent la réparer.  Accepter qu’elles n’y peuvent rien, et sortir de leur rôle les obligerait à renoncer à leur idéal, et à leur toute-puissance. Une psychanalyse ferait ressortir que leur agresseur est une image d’un parent qui les a blessés … et dans les tréfonds de leur inconscient, ces personnes éprouvent pour ce parent agresseur une rage meurtrière.

Dans le rapport parent-enfant, l’attitude observée dans le syndrome de Stockholm correspond à la situation de l’enfant maltraité qui se dit que son parent a raison de le traiter ainsi, parce qu’il est méchant et le mérite.

Cette attitude amène des victimes ou les victimes potentielles du terrorisme à justifier, sous un prétexte idéologique, les atrocités qui sont commises. De même, dans les environnements collectifs, au travail par exemple, des collègues témoins d’un abus de pouvoir s’amusent de l’attitude du harceleur, et de ce qu’il fait subir à la victime. Ils s’identifient à celui qui est fort, au meneur, ou bien au groupe entier, non à la victime.

En se comportant de cette façon, l’individu se sort de sa position de victime (ou de victime potentielle), qui est extrêmement douloureuse et humiliante, destructrice sur le plan narcissique. L’amitié pour l’agresseur, ou la vénération du tyran dans une dictature par exemple, permet de résoudre (par la simplification propre à l’ego) le conflit intérieur associé à la situation. C’est ce type de schéma qui a animé certains « collabos », en France, lors de l’Occupation allemande durant la seconde guerre mondiale.

Ce silence et cet aveuglement permettent justement à l’abus de pouvoir de s’enclencher et de se mettre en place.

Ce phénomène est le même dans diverses formes de tyrannie a priori plus anodines : le besoin d’appartenir à un groupe pousse à abandonner son identité par crainte de l’autorité.

– « Etre irréprochable, ce n’est pas se conformer a une morale sociale, mais être libéré de l’envie, de l’avidité et de la recherche du pouvoir, qui sont des causes d’inimitié. On ne s’en libère pas par une action volontaire, mais en en étant conscient, du fait qu’on se connaît. » 

(Jiddu Krishnamurti)-


 

mao tse toun

Mao Zedong

Mao Zedong, dit Mao Tsé-Toung

Dans le thème du fondateur de la République populaire de Chine, devenu son « dirigeant suprême », le signe du Capricorne domine, puisque le Soleil et l’Ascendant s’y trouvent. De plus, Saturne, maître du Capricorne, est placé à proximité du Milieu-du-Ciel, ce qui le met en valeur. Le Capricorne est un signe politique. En outre, sur le plan du caractère, il indique maîtrise de soi, froide ambition et une extrême persévérance à long terme.

Dans ce thème, Saturne en maison IX en Balance indique la voie à la société tout entière. Il n’est pas question de s’en détourner, car ce placement favorise le rigorisme idéologique et l’intolérance.

La bonne représentation des signes fixes (Lion, Scorpion, Taureau et Verseau) dans l’ensemble du thème accentue la concentration et la détermination du Capricorne et de Saturne.

Sous ces influences, Mao Tsé-Toung règne seul au-dessus du commun des mortels. Malgré la diversité des fonctions qu’il a occupées en politique, il s’est hissé et s’est maintenu à la place de numéro un du régime chinois toute sa vie.

Mercure en Sagittaire, en maison XI, accentue l’autoritarisme de la pensée, le dogme étant diffusé à grand renfort de propagande : c’est le « Petit Livre rouge », qui contient “Les Plus Hautes Instructions” du leader. Celui-ci est distribué à l’armée, puis à chaque citoyen.

Mao Tsé-Toung commence par imposer le collectivisme et la dictature du parti unique à la population, puis inspire une politique économique nommée “le Grand Bond en avant”, qui a provoqué la famine et la mort de 45 millions de personnes.

Mars en Scorpion en maison XI indique une lutte âpre pour être le leader, et rend possible une puissante violence, ainsi qu’une tendance à comploter et à se venger.  Entre 1966 et 1969, Mao, qui a été évincé,  monte les étudiants chinois contre le parti pour récupérer le pouvoir. Instigateur des violences de ces “gardes rouges” au cours de la Révolution culturelle, Mao Tsé-Toung, ensuite, se débarrassera d’eux, et les persécutera après les avoir utilisés …  Le rôle révolutionnaire, la capacité à mobiliser et à entraîner les foules sont également signifiés par la présence d’Uranus en Scorpion, dans la maison X.

Après avoir éliminé tous ceux qui pouvaient être des rivaux, Mao Tsé-Toung met en place un état totalitaire.

Le duo Neptune-Pluton en Gémeaux, en maison V, signe les idéaux (communistes), associés au pouvoir, ces énergies étant très exaltées dans cette maison. La position des deux planètes les plus lentes, et dont les influences sont de dimension collective, dans la maison V, indique une démesure -liée d’ailleurs à une blessure narcissique. Comme il a été expliqué dans cet article, les abus de pouvoir trouvent leur origine dans ces failles psychologiques.

Avec la Lune en Lion qui lui prête main-forte, cette conjonction Neptune-Pluton signe le culte de la personnalité. A des fins de « communication », comme on dit aujourd’hui, l’image est employée, notamment : le portrait de Mao est diffusé jusqu’à la nausée. Durant la « Révolution culturelle », par exemple, deux milliards deux cent millions d’exemplaires de son visage sont diffusés à travers le pays. La dictature implique un véritable lavage de cerveau, tant par la propagande qu’à travers des plans qui mobilisent et « rééduquent » les masses.

Mao Tsé-Toung meurt en 1976 sans avoir désigné son successeur …

-« Chaque communiste doit assimiler cette vérité :

le pouvoir est au bout du fusil. »

(Mao Tsé-Toung)-


Anne L jesuisjecree.com

credit photo : Pixabay