JE SUIS, JE CREE. Astrologie & développement personnel

Les Parts (1) : la Part de Fortune

corne d abondance

Les Parts remontent à l’Antiquité. On en compte quatre-vingt dix-sept chez les Babyloniens et les Perses. Il en existe au moins deux cents aujourd’hui.  La signification des Parts, en astrologie, dépend du sens symbolique des planètes qui la composent. Cet article explique comment calculer, et comment interpréter la Part de Fortune (ou Fortuna, ou Tychê), en réunissant différentes significations qui lui sont données dans la littérature astrologique.

Les « Parts », en astrologie, sont des points fictifs, calculés en prenant la distance entre deux planètes, et en la reportant à partir d’un troisième facteur, généralement l’Ascendant, dans le sens de la succession des signes.

 

corne d abondanceLa plus usitée est la Part de Fortune. C’est la seule Part que Ptolémée évoque dans son Tétrabiblos, et il la calcule ainsi  :

ASCENDANT + Lune – Soleil

(Pour effectuer le calcul, on compte la longitude de ces points en partant de 0° du Bélier. Si l’Ascendant est à 6° du Taureau, cela donne 36°, par exemple. La Lune à 20° Balance donne 200°, et le Soleil à 20° Sagittaire correspond à 260°. Ensuite on calcule : 36 + 200 – 260 = (- 24 ), ce qui correspond à 6° Poissons.)

D’autres astrologues ont préconisé pour le calcul des Parts deux calculs différents, selon que la nativité était diurne (si le Soleil est situé au-dessus de l’horizon, de la maison VII à la fin de la maison XII), ou bien nocturne (si le Soleil est au-dessous de l’horizon, de la maison I à la fin de la maison VI).

Pour une nativité nocturne, en effet, le calcul de la Part de Fortune est inversé :

ASCENDANT + Soleil – Lune

La Part de Fortune étant déterminée par la position du Soleil, de la Lune et de l’Ascendant, la distance Soleil / Lune est la même que la distance Ascendant / Part de Fortune.

Comment interpréter la Part de Fortune

Pour Dane Rudhyar, les Parts sont « l’expression mathématique de la relation dynamique entre deux corps en mouvement ».

Paul d’Alexandrie (IVème siècle) évoque les sept Parts rattachées aux sept planètes traditionnelles, qui « transmettent la substance essentielle » de la planète dont elles sont issues. Pour lui, la Part de Fortune (Tychê), qui est la Part de la Lune, signifie ce qui a trait au corps, à la vie, aux circonstances ; elle représente ce qui arrive au natif, « ce que l’homme obtient ». Elle signifie la chance, bonne ou mauvaise.

roueCette définition de la « chance » est bien conforme aux attributions de la déesse romaine Fortuna, représentée le plus souvent aveugle, parfois ailée, portant comme attribut la corne d’abondance, comme la Tychê des Grecs, ou le gouvernail (symbole du pilotage), ou encore la roue.

Elle incarne en effet le destin, ou le hasard, dont il s’agit, par la pratique religieuse de conjurer les caprices. Elle a été identifiée au dieu Fors (le « sort », d’où a été tiré l’adjectif « fortuit ») puis, plus tard, à la Tychê grecque.

Dans la littérature classique, on emploie souvent des expressions comme « la bonne fortune », « une heureuse fortune », ou « la mauvaise fortune », un homme « infortuné », pour évoquer la chance ou la malchance. On peut mentionner aussi la Roue de Fortune, qui indique l’inconstance et les variations du sort …

Pour Marc Edmund Jones, « la Part de Fortune indique le domaine de l’existence dans et par lequel le natif s’exprime à son plus grand avantage, soit de lui-même, soit contraint par sa vie tout entière. »

L’astrologue Max Heindel interprète la Part de Fortune de la façon suivante : « un point qui s’oppose ou favorise la fortune matérielle selon les aspects qu’elle reçoit des planètes ». Son symbolisme représente le cercle de l’Esprit contenant la croix de la matière. Ainsi, elle représente aussi « une fortune spirituelle qu’un individu peut tirer des conditions matérielles. »

meditation-473753_960_720Enfin, les interprétations spiritualistes évoquent la Part de Fortune comme un point qui symbolise le résultat des trois véhicules de l’homme : le corps physique (l’Ascendant), l’âme (la Lune) et l’esprit (le Soleil). Si la Part de Fortune est en aspect à l’un des trois, l’individu sera capable d’intégrer ces trois composants.

La Part de Fortune symbolise l’unification intérieure que chacun doit accomplir. On doit, semble-t-il, développer les qualités du signe dans lequel elle se trouve. Elle représente, dans cette mesure, une chance ou une protection dans le secteur maison.

Pour l’interprétation astrologique, il faut repérer le signe et la maison de Fortuna-Tychê, son maître (sa nature), le signe et la maison de son maître, l’éventuel aspect entre eux, et les aspects des autres planètes à la Part de Fortune, voire des autres parts.

Cette façon d’analyser la Part de Fortune est évidemment valable pour toutes les autres parts.

Pour Dane Rudhyar, le degré opposé à la Part de Fortune est « le point d’illumination ». C’est un indice révélant la possibilité, selon Pierre Lasalle, d’atteindre la voie de la compréhension, une vision intérieure hors du temps, et un accès au superconscient. Ce point se réalise chez certains êtres clairvoyants et mystiques.

Anne L jesuisjecree.com

Crédit photo : Pixabay

Bibliographie :

Arcana Mundi, Giuseppe Bezza

Couples mythiques, Danièle Jay, Dervy

Guide mythologique de la Grèce et de Rome, G. Hacquard, Hachette éducation

Pratique de la nouvelle astrologie, Pierre Lasalle, De Vecchi

Introduction à l’astrologie spirituelle, Maison rosicrucienne

L’astrologie karmique, Sylvie Chermet-Carroy, Guy Trédaniel