JE SUIS, JE CREE. Astrologie & développement personnel

Les lignes de Nazca

nazca3
nazca3

credit photo : Pixabay

Les lignes de Nazca sont-elles un aqueduc, un gigantesque calendrier astronomique, une piste d’atterrissage pour vaisseaux extraterrestres ? On n’a pas élucidé tout leur mystère … Cet article propose aussi un pronostic, fondé sur l’astrologie, concernant de nouvelles avancées dans les recherches sur les lignes de Nazca (à surveiller donc) …

Les lignes de Nazca, au sud du Pérou, se trouvent dans le désert de Nazca, à 400 km de Lima. Elles s’étendent sur une ligne de 50 km entre les villes de Nazca et de Palpa.

Ces quelque 800 figures gigantesques, tracées par enlèvement de la couche supérieure du sol, forment des lignes, des spirales, des ellipses, et représentent parfois des animaux tels le condor, l’araignée, le jaguar, le colibri, l’orque, le héron, le pélican, la baleine, mais aussi d’autres éléments comme l’arbre, les mains, et une forme humaine -ou humanoïde : le cosmonaute …

Ces figures ont été créées par les peuples pré-incaïques Paracas et Nazca il y a plus de 2000 ans. La civilisation Nazca a en effet disparu entre 100 avant J-C et 400 après J-C.

 Les figures sont de différentes tailles : l’araignée mesure 45 mètres, par exemple, et le condor atteint 135 mètres. Elles sont tracées d’une seule ligne malgré un relief avec ravins et collines. Si elles ont été si bien conservées, c’est en raison du sol sans végétation, et contenant du gypse,  et du climat sec; en effet, il ne pleut dans cette région qu’un quart d’heure par an !

Les lignes de Nazca sont mentionnées en 1553 dans la Chronique du Pérou du conquistador Pedro Cieza de Leon, qui les prend pour des traces de piste. Elles sont de nouveau remarquées en 1927 par l’archéologue péruvien Toribio Mejia Xesspe. Mais c’est surtout en 1939 que les lignes de Nazca suscitent un regain d’intérêt, de la part de l’anthropologue américain, Paul Kosok.

On découvre encore aujourd’hui de nouveaux géoglyphes et on s’interroge sur le sens et le but de ces dessins. On se demande aussi pourquoi ils ont été faits aussi grands puisqu’ils ne pouvaient jamais être vus en entier par un observateur situé sur la Terre …

Les théories

Parmi les théories, il y a celle du réseau d’aqueduc, puisque certains sillons semblent coïncider avec la présence d‘eau souterraine. Cette théorie n’explique pas les dessins d’animaux, à moins qu’il ne s’agisse d’ornements artistiques. Cette thèse aqueducienne prévaut actuellement, car les dessins, disent les chercheurs « faisaient partie intégrante d’un système hydraulique très sophistiqué qui facilitait de façon considérable l’approvisionnement en eau potable* ».

Cependant, il existe d’autres théories. En effet, les lignes de Nazca formeraient un calendrier astronomique,  car les lignes pointent vers certaines étoiles, certaines constellations, et correspondent à des dates du calendrier agraire, celles des semailles, des récoltes, etc. Les dessins d’animaux représenteraient alors le cosmos au moyen d’un Zodiaque, et les autres figures géométriques seraient des éléments de visée astronomique. L’archéologue allemande Maria Reiche, qui a consacré toute sa vie à cette recherche, a expliqué que l’instrument de visée est orienté entre un point et la position du lever ou du coucher d’un astre à une date donnée.

nazca

Selon Maria Reiche, l’araignée représenterait la constellation d’Orion. Les lignes aboutissant à cette figure suivent la déclinaison de trois étoiles de la ceinture d’Orion. (crédit photo : Pixabay)

Les lignes seraient enchevêtrées parce que chacune correspond à un point de l’horizon pour lequel on voulait déterminer une signification astronomique, ainsi qu’une date … Des dates précises ont ainsi été mises en évidence, comme le lever et le coucher du soleil lors des solstices et des équinoxes. La théorie de Maria Reiche explique l’importante quantité de lignes, par le fait que les mesures et les visées ont été corrigées en fonction de la précession des équinoxes (en effet, la direction de l’axe terrestre varie et entraîne le déplacement des pôles suivant un cycle de 26.000 ans. Il en résulte un apparent déplacement des étoiles et des planètes dans le ciel, ce qui expliquerait la nécessité de réactualiser la carte.)

On a aussi émis l’idée qu’il s’agirait d’un site rituel, les figures reproduisant des dessins d’amimaux retrouvés près de sites préhistoriques d’art rupestre. Les chamanes en effet « volent » lors de leurs voyages hors du corps, ce qui expliquerait le fait que les dessins sont visibles du ciel. Le sens rituel du site est par ailleurs appuyé par le fait que la vallée de Nazca était jadis une région fertile, les pratiques rituelles étant associées à la fertilité agricole. Les dessins peuvent alors être considérés comme un espace rituel, avec des autels et des chemins dédiés aux processions.

On a aussi suggéré que le lieu pouvait être une aire dédiée au travail des tisserands, pour tisser selon une technique caractéristique de ce peuple, d’un seul tenant, comme l’ont prouvé des habits funéraires retrouvés dans la région.

nazca2

Le colibri (crédit photo : Pixabay)

Une autre théorie, ufologique, dans les années 60, suggère qu’il s’agit soit de pistes d’atterrissage pour des vaisseaux extraterrestres, soit d’un message réalisé par les Nazca à l’attention des visiteurs du ciel. Cette théorie, présentée par Erich von Däniken dans son Chariots of the Gods (1968), suscite au moment de sa publication un engouement important, qui fait affluer de nombreuses personnes, dont des touristes pas très respectueux du lieu. Depuis, le site est davantage protégé, et fait partie du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1994.

Toutes ces théories sont intéressantes et, certainement, peuvent se rejoindre, fusionner. Le fait que des lignes soient visibles exclusivement du ciel doit tout de même rester une question centrale. Une théorie qui n’en apporterait pas d’explication reste certainement insatisfaisante. Manifestement, un signe ou un hommage était lancé vers le ciel et les dieux !

Aux recherches scientifiques aux conclusions un peu austères, qui nous laissent sur notre faim parfois, s’opposent des théories plus sensationnelles, voire des canulars. Plus récemment, en 2017, en effet, on aurait trouvé une momie humanoïde dans le désert de Nazca : « La momie semble plutôt bien conservée. Les ossements sont apparents et si la créature ressemble beaucoup aux individus de notre espèce, elle semble aussi plus petite et elle est en outre pourvue d’un crâne assez long partant vers l’arrière. On remarque également que ses pieds et ses mains comptent seulement trois doigts. » (fredzone.org). En fait, la photographie, avec l’aspect très plâtreux de la momie, laisse fortement dubitatif … :)

 

Essai de pronostic astrologique

Sur le plan astrologique, on peut remarquer que les recherches sur le site de Nazca sont rythmées selon le cycle de Jupiter, de douze années. Au XXème siècle, les années correspondant à un regain d’intérêt et à des recherches significatives pour les géoglyphes – 1927, 1939 -, Jupiter passe du signe des Poissons au signe du Bélier.

La scientifique Maria Reiche, qui s’est installée au Pérou pour vouer une grande partie de sa vie à cette recherche, est née le 15 mai 1903 et, dans son thème natal, Jupiter se trouve justement en Poissons. Elle arrive au Pérou en 1932, à l’âge de 29 ans, période du retour de Saturne, et d’opposition de Jupiter (en Vierge, donc). C’est une période où le destin de la native se scelle. Elle devient l’assistante de Paul Kosok en 1939 : Jupiter passe des Poissons au Bélier cette année-là, et c’est le retour de Jupiter pour la native, ce qui indique pour elle un nouveau cycle jupitérien. 

Même la théorie ufologique de 1968 correspond au passage de Jupiter en Vierge et en Balance, signes opposés aux Poissons et au Bélier, sur le même axe !

Dans cette optique, un renouveau, des avancées significatives étaient possibles en 2015-2016, puisque Jupiter traversait les signes Vierge et Balance: c’est la théorie de l’aqueduc (et la momie …) qui ont été mises en évidence.

 Alors, on pourra assister, peut-être, à un nouveau pas significatif dans la compréhension du mystère des lignes de Nazca, en 2022, année du passage de Jupiter en Poissons et en Bélier … A suivre.

Anne L jesuisje cree.com

sources des informations : wikipédia, sputniknews.com, chez-alice.fr