JE SUIS, JE CREE. Astrologie & développement personnel

Saturne, Neptune et le triangle de Karpman : se libérer des schémas comportementaux

playmobil-520869_960_720

playmobil-520869_960_720Quel rôle jouez-vous au travail, en couple, en famille, avec vos amis, mais également sur la route, avec la cigarette, les sucreries ou bien la technologie ?

Stephen Karpman a modélisé un triangle assez infernal, composé de trois rôles symboliques que nous jouons dans nos relations avec les autres : Victime-Persécuteur-Sauveur.

Ce scénario, qui corrompt les relations, se substitue à toute communication vraie, et entraîne de sérieuses difficultés dans tous les domaines.

En fait, ce sont trois rôles que nous adoptons, et qui sont complémentaires, car dès qu’on s’identifie à l’un des trois, on induit chez l’autre un rôle complémentaire (à moins que celui-ci ne soit averti et n’entre pas dans le jeu …) Sinon, c’est le règne de la mauvaise foi et même de la manipulation, exercée souvent de façon totalement inconsciente :

-Le rôle de Victime permet d’attirer l’attention sur soi. Il attire un Sauveur ou un Persécuteur.

-Le rôle de Persécuteur est celui qui permet de se libérer de ses pulsions agressives sur quelqu’un, la Victime.

-Le rôle de Sauveur est particulièrement gratifiant. Il place l’autre en incapacité. Il attire un Persécuteur pour justifier son existence et une Victime à sauver.

Evidemment, ces rôles étant symboliques, une même personne peut changer successivement de rôles :

– un Persécuteur peut se présenter à sa Victime comme un Sauveur en prétendant que sa Victime est le Persécuteur d’une tierce personne, une Victime.

Ou bien encore (ça se corse) :

– La Victime ne supportant pas de se sentir victime a besoin de se trouver un Persécuteur pour pouvoir le culpabiliser, ainsi la Victime devient Persécuteur et peut demander justice à un Sauveur. Le Persécuteur, manipulé par les deux autres devient Victime, et le Sauveur, qui le protège pour garder sa sympathie, devient Persécuteur.

sauveur

Le héros sauveur, mythe tenace

En fait, ces rôles font partie des jeux de l’égo pour éviter la remise en question, conserver sa suprématie et exercer un pouvoir. Sans un travail sur soi, on est facilement prisonnier de ce triangle relationnel, d’autant que chaque rôle porte en lui-même sa justification : la Victime est irréprochable, le Persécuteur est droit, le Sauveur est bon.

En général, nous adoptons ces rôles dans certaines situations et dans certains secteurs de notre vie. Ce qu’il est important de détecter, c’est dans quelle situation, avec qui ou quoi l’identification à ce rôle se déclenche.

 

 

Peut-être vous identifiez-vous davantage à un rôle ?

  • Ressentez-vous de la colère ?
  • Avez-vous tendance à vouloir garder le contrôle ?
  • Est-il important pour vous d’avoir raison ?
  • Etes-vous porté à critiquer ? À juger ?
  • En voulez-vous à quelqu’un pour ce qui vous arrive ?
  • Avez-vous un sentiment d’injustice ?
  • Avez-vous l’impression que quelqu’un vous en veut ?
  • Avez-vous l’impression que vous n’avez pas de chance ?
  • Avez-vous le sentiment que la vie ne vous a pas gâté ?
  • Vous sentez-vous supérieur aux autres ?
  • Vous comportez-vous de manière à plaire aux autres ?
  • Aimez-vous venir en aide aux autres ?
  • Avez-vous tendance à prendre en charge les autres ?

C’est la relation à soi-même qui est importante, pour dissoudre les schémas comportementaux. En fait, souvent la Victime a honte et peur de s’affirmer. Le Persécuteur est sous l’emprise de la colère et a, par exemple, peur de montrer sa vulnérabilité. Le Sauveur est manipulé par la culpabilité et il a peur de faire de la peine aux autres.

On peut prendre conscience de ses propres mécanismes en les considérant avec attention et neutralité, sans jugement, ce qui permet une désidentification … progressive.

triangle de K

22 avril 2016 à 0H01 – Le carré entre Mars-Saturne rétrogrades et Neptune durant tout le mois d’avril 2016 : une opportunité de dissoudre les schémas Victime-Persécuteur-Sauveur

Pourquoi vous ai-je parlé du triangle de Karpman ? Parce que la prise de conscience et le travail sur soi décrits dans cet article sont favorisés, actuellement, par le carré Saturne-Neptune qui a lieu actuellement dans notre Ciel. On a l’habitude de considérer les carrés comme des « aspects négatifs ». Certes, ils sont associés à des faits plutôt désagréables, mais ces crises – qui pourraient être moins éprouvantes – sont des phases de transformation. Dans ce cas-ci, le carré Saturne-Neptune correspond, sur le plan intérieur, à une redéfinition, par exemple, de nos relations aux autres, à une interprétation nouvelle de notre vie, libérées des schémas du triangle infernal.

En effet, Saturne représente l’égo et ses défenses ; il peut devenir Persécuteur, à sa façon, particulièrement s’il est associé à Mars, dieu de la guerre. Or, ces deux astres sont à proximité l’un de l’autre au moment où j’écris cet article, et ce durant tout le mois d’avril 2016. Comme Mars et Saturne sont rétrogrades, nous effectuons des prises de conscience – à quelque niveau que ce soit – sur nos défenses et notre agressivité. En carré à ces deux astres, se trouve Neptune, qui peut exceller dans les rôles de Victime ou de Sauveur.

Nous voyons bien, aussi, ce schéma à l’oeuvre depuis des siècles, à une échelle collective. Il n’est évidemment pas question de … sauver le monde (surtout pas !), mais d’effectuer ces petits réglages qui permettent d’être soi-même.

 

Anne L jesuisjecree.com