JE SUIS, JE CREE. Astrologie & développement personnel

Carré Saturne-Neptune : un barrage contre le Pacifique ?

fond peint

Questions identitaires, communautaires, religieuses. Situations économiques, politiques, sociales qui se délitent. Insécurité à tous les étages. Bon nombre de repères semblent partir en eau de boudin actuellement. En France notamment, il émane un sentiment largement partagé de consternation.

Le transit planétaire en correspondance avec cet état de fait

Astrologiquement parlant, depuis fin décembre 2014 et jusque décembre 2016, les planètes Saturne et Neptune forment un carré, ce qui signifie qu’elles se trouvent à 90° l’une de l’autre dans le Ciel. Les énergies de ce transit planétaire se manifestent en nous-même, dans nos relations, dans le monde collectif …

Ce carré entre Saturne et Neptune est assez prolongé car ces deux planètes sont lentes, et effectuent chacune sa rétrogradation – ce qui signifie que, vues de la Terre, ces planètes semblent aller en sens inverse de leur mouvement.

Ainsi, le carré Saturne-Neptune dure deux ans et, par trois fois, les deux astres sont en carré exact :

– le 26 novembre 2015 (7°02 dans les signes du Sagittaire et des Poissons)

– le 18 juin 2016 (12°02 dans les mêmes signes)

– le 10 septembre 2016 (10°26).

L’influence de ce carré s’étale évidemment au-delà des deux années de transit : il entérine en fait des situations qui couvaient déjà depuis des années ; et après son passage, il aura évidemment transformé définitivement tout ce qu’il touche …

Le cycle Saturne-Neptune

Les deux planètes Saturne et Neptune ont un cycle commun de 36 ans environ. Un cycle planétaire débute lorsque les deux astres sont en conjonction et se termine à la conjonction suivante.

Ainsi, le cycle actuel qui a débuté en 1989 se termine en 2025.

En 1989, l’événement mondial principal en rapport avec le cycle Saturne-Neptune est l’effondrement du bloc communiste. Structure politique née avec la Révolution russe en 1917, lors d’une conjonction Saturne-Neptune, elle s’est maintenue durant deux cycles Saturne-Neptune, c’est-à-dire 72 ans.

La fin de l’U.R.S.S., en 1989, est un fait qui modifie entièrement la face du monde -politiquement parlant-, puisque disparaît le grand système fondé sur l’antagonisme de deux blocs politico-idéologiques et la guerre froide.

Le sens du carré Saturne-Neptune actuel

Pour expliquer le sens dissonant de cet aspect, sous la forme d’une parabole, j’ai emprunté au roman indochinois de Marguerite Duras son titre Un Barrage contre le Pacifique. Il fait référence à la ruine de sa mère qui, victime d’une administration corrompue, a acheté avec toutes ses économies une concession qui s’est révélée incultivable, parce que l’océan l’inondait tous les ans. Pourtant, la mère s’obstine et s’épuise à ériger de misérables barrages que l’océan balaie chaque année, ce qui la mène à la folie. Cette histoire, marquée du sceau de Saturne (le barrage) et de Neptune (la mer, la corruption) aboutit à la ruine de la famille, révèle les structures (internes) fragiles qui cèdent, et la folie (Saturne et Neptune).

Le cycle Saturne-Neptune se rapporte, sur le plan collectif, aux mouvements communautaires de toutes natures. Le carré actuel a lieu dans les signes du Sagittaire et des Poissons, deux signes mutables et jupitériens, suggérant une dynamique de mouvement et d’élargissement aussi bien spatiale, qu’idéologique (au plan politique, religieux, culturel, philosophique, des valeurs spirituelles). Mais les structures de Saturne et les idéaux de Neptune se contrecarrent irrémédiablement.

Ce carré est à relier notamment à la crise politique, aux événements du Moyen-Orient, à la radicalisation, aux flux migratoires, au terrorisme (avec cette notion d’infiltration qui le caractérise) et à cet ensemble de conflits idéologiques encore flou : on a évoqué un temps « une guerre de civilisation », on subodore une guerre de religion, qui ne dit pas son nom.

Les idéaux et le sentiment illusoire d’une unité butent contre le mur de la dure réalité. En France, par exemple, il y a une mise en question des valeurs partagées. On découvre, à travers les événements actuels, qu’une société « multiculturelle », ce n’est pas aussi simple, ni aussi évident qu’on ne le pensait auparavant. De même, certains idéaux sont écornés par des mesures « autoritaristes »; on évoque un « état policier ». Dans le même temps, certains principes qui fondent notre société sont remis en question, discrètement. En ce qui concerne l’Europe politique, des questions se posent également, sur sa réalité et son sens profond.

Neptune, planète transsaturnienne, vient aussi mettre en question les structures saturniennes. Neptune agit de façon collective ou insidieuse, en minant et en sapant ces structures. Ainsi il ravive les systèmes de défense saturniens. Par exemple, la crise migratoire (le flux neptunien), ingérable pour les pays européens, a révélé (ou confirmé) de plus une absence de cohésion au sein de l’Europe. Cette crise incontrôlée suscite des inquiétudes, toutes sortes d’individus se mêlant aux réfugiés fuyant la guerre. Un problème de frontières – absentes dans l’espace Schengen, inorganisées à l’extérieur (Saturne) -, et le sentiment d’une menace pour la sécurité, voire pour l’identité culturelle des pays d’accueil, entraîne un rétablissement des frontières nationales de certains pays.

Saturne met aussi le doigt sur l’idéalisme excessif, les mensonges, les fuites de toutes natures, le manque de réalisme. Par exemple, les attentats terroristes qui ont frappé la France -et la Belgique, et de (trop) nombreux pays à travers le monde- ont réveillé en France un fort besoin de sécurité et de fermeté, et un sentiment très mitigé, chez de nombreux observateurs, à l’égard de la gestion politique des crises que nous traversons. On songe à la critique des réponses fournies au terrorisme, « laxistes », « bisounours », etc.

Qu’est-ce qui se joue, au fond ?

Je n’ai pas dépeint ce triste tableau sans une intention constructive, rassurez-vous.

Le carré Saturne-Neptune n’est pas un transit que nous devons, hélas, subir en attendant qu’il passe … Ce n’est d’ailleurs jamais le cas pour aucun transit planétaire. Les événements actuels représentent un cap majeur sur le plan des idéaux, sous le dernier carré Saturne-Neptune avant le début du nouveau cycle de 2025.

Essentiellement, pour tous les habitants de la Terre, ce carré Saturne-Neptune teste la validité de nos structures (politiques, idéologiques) et de nos idéaux. Il met le doigt sur leur fragilité et sur leur rigidité ; il demande une définition plus claire et consciente de nos valeurs et de nos idéologies.

Sous ce transit, ce qui n’est pas réellement spirituel ou idéaliste apparaît clairement, se révélant dans toute sa dureté ; tout ce qui n’est pas solide ni réaliste apparaît clairement,« battant de l’aile », manquant de clarté et de fermeté, parce qu’au fond, l’agressivité, les défenses profondes et les culpabilités sont nichées dans des positionnements idéologiques (ces positionnements sont radicaux, ou bien flous et ambigus).

Exprimé de façon positive, Saturne est l’ensemble des principes qui régissent une société, il représente la sagesse, la droiture, l’expérience. Neptune symbolise, positivement, les grands idéaux collectifs et spirituels.

Les astres sont neutres et les mouvements planétaires sont des étapes, des rythmes. C’est nous qui leur donnons le sens que nous déterminons en nous-même. Ainsi, nous créons notre destinée collective. Au moment d’une crise -associée ici au carré Saturne-Neptune-, chaque peuple, chaque individu est entièrement libre de la réponse qu’il fera à la sollicitation des événements.

Le carré Saturne-Neptune soulève des problématiques assez inextricables. Pour ne pas ériger « des barrages contre le Pacifique », nous devons trier ce qui est à changer, ce qui est à abandonner, et ce qui est à conserver, « séparer le bon grain de l’ivraie » dans les idéaux qui fondent les communautés. Ce processus s’effectue en nous actuellement, même si nous ne connaissons pas l’astrologie ; mais l’astrologie permet de comprendre d’une façon plus consciente les enjeux derrière les événements.

A la conjonction de Saturne et de Neptune en 2025, la face du monde changera, et nos choix actuels auront contribué à la façonner. Comme cette conjonction aura lieu dans les premiers degrés du Bélier, les idéaux du grand cycle de 36 ans auront une expression assez impulsive et martiale. Alors, il faut bien réfléchir maintenant à ce qui est juste, et conscient.

 

Anne L jesuisjecree.com